Projet précédent Retour à la liste Projet suivant
Retour aux actualités
Projet précédent Retour à la liste Projet suivant

Coeur de ville - 70 logements

Utilisez votre molette
Coeur de ville - 70 logements
Lieu — Avenue du Château , Quétigny
Type d'opération — Construction neuve
Type de construction — Logements collectifs
Enveloppe prévisionnelle — 5 800 000 €
Statut — Concours
Description du projet

Le projet de logement s’inscrit dans le cadre posé du renouvellement de la centralité dans la ville de Quetigny. Le cahier des charges imposé par les urbanistes mettait l’accent sur plusieurs points qui justifiaient une approche complémentaire de l’organisation des logements par rapport aux typologies traditionnellement produites :

- Favoriser la relation dedans / dehors. Le projet favorise l’implantation des grands logements aux extrémités. Cela offre alors la possibilité de développer des grands balcons d’angles sur lesquels les séjours sont reliés par des grandes baies vitrées également en angle. Même fermées, elles permettent une large ouverture sur l’extérieure qui dilate l’espace intérieur de la pièce.

- Rechercher l’évolutivité des logements. L’organisation des grands logements est faite de telle manière qu’il devient possible de rendre indépendant une chambre à laquelle peut être attribuée un sanitaire. Les T3 deviennent T2, les T4 deviennent T3 autorisant ainsi une modularité adaptée à l’évolution des familles. Accessoirement, elle ouvre la voie à la location d’une pièce qui peut constituer un revenu et une présence complémentaire par exemple pour les personnes seules ou en retraite.

- Mettre en place des espaces collectifs partagés dans les immeubles. La découpe volumétrique imposée par les urbanistes autorise la conception de terrasses collectives sur les toitures intermédiaires accessibles depuis les circulations communes. Elles sont associées à des petits locaux collectifs ou sont aménagés une kitchnenette.

Les choix architecturaux reflètent notre souci de donner à chaque logement une véritable qualité d’usage. Nous partons du principe qu’une dimension collective est d’autant mieux acceptée qu’elle n’est pas subie. C’est pourquoi les espaces extérieurs sont travaillés en loggias séparées par les volumes des chambres. Une mise à distance qui favorise l’intimité de leur utilisation. Pour favoriser une économie de projet, les étages courants sont strictement superposés. L’expression architecturale est basée sur un principe de sédimentation horizontale amplifiée par un jeux de couleur et de décalages de fenêtres qui oriente la lecture sur un mouvement de cisaillement. La valorisation des couleurs s’inscrit dans la longue tradition de la commune d’un traitement des façades. Leur application se fait à l’échelle d’une pièce (en général des chambres) qui favorise une perception individualisée des logements. Elle renvoi à l’expression d’autres immeubles collectifs de la commune basés sur la préfabrication associée à la déclinaison de couleur issue d’une palette commune.